EN
17 février 2020
Retour aux articles

Portrait du jeu au Québec

Quelles sont les habitudes des Québécois en matière de jeux de hasard et d’argent ? La dernière étude d’importance au Québec a été réalisée en 2012 par la Chaire de recherche sur l’étude du jeu auprès de 12 008 Québécois. Voici quelques faits saillants :

Environ 2 Québécois sur 3 (66,6 %) affirment avoir joué au moins une fois à un jeu de hasard et d’argent au cours de la dernière année. Parmi ces joueurs, un peu moins de 3 % sont des joueurs considérés à risque modéré ou des joueurs pathologiques probables (voir le tableau ci-contre).

À partir de ces données, on peut estimer qu’en 2019 il y a au Québec :

  • +/- 96 500 joueurs à risque modéré
  • +/- 27 500 joueurs pathologiques probables

En somme, pour la majorité de la population, le jeu n’est pas problématique. En effet, beaucoup de gens jouent pour le plaisir, sans perte de contrôle. Cependant, pour des milliers de Québécoises et de Québécois le jeu n’est plus qu’un simple divertissement et peut mener à des dérives et des problèmes de dépendance.

Habitudes de jeu de la population québécoise

Selon la même étude de 2012 de Kairouz et Nadeau, les jeux de hasard et d’argent les plus populaires chez les Québécois sont la loterie (91 % des joueurs), les machines à sous (14,6 % des joueurs), le poker (7 % des joueurs), le bingo (6,3 % des joueurs) et les ALV ou appareils de loterie vidéo (6,2 % des joueurs). Or, ces jeux ne présentent pas les mêmes risques de développer des problèmes.

On constate que certains jeux comme les appareils de loterie vidéo (ALV) sont beaucoup plus susceptibles de causer une dépendance. En effet, plus de 32 % des joueurs dans les ALV sont considérés problématiques ou à faible risque, alors que c’est seulement 7,2 % dans le cas de la loterie. N’oublions pas néanmoins que beaucoup plus de personnes jouent à la loterie (91 % des joueurs) qu’aux ALV (6,2 % des joueurs)

Concentration des dépenses

Ce sont les joueurs à risque modéré et les joueurs excessifs qui sont responsables au Québec, de la majeure partie des dépenses dans les jeux de hasard et d’argent. En effet, on estime que les dépenses au jeu de ces joueurs représentent 31,6% de la totalité des dépenses dans les jeux de hasard de d’argent. C’est que les joueurs problématiques peuvent engloutir des sommes considérables dans les JHA. Dans le cas des joueurs excessifs, 23 928 $ sont en moyenne annuellement perdus dans les différents types de jeu (voir le tableau ci-dessous).

Dépenses annuelles moyennes des joueurs problématiques et non-problématiques

Joueurs non problématiques  :  492 $

Joueurs à risque modéré  :   3 653 $

Joueurs excessifs : 23 928 $

Ratio joueurs excessifs/joueurs non-problématiques : 48,6 fois +

Dépendance accrue

La dépendance au jeu entraîne de graves conséquences qui peuvent avoir des répercussions négatives non seulement sur la personne qui en est atteinte, mais sur près de 10 à 17 personnes de son entourage immédiat.

Si vous avez joué à l’un ou l’autre de ces jeux de hasard et d’argent régulièrement au cours des dernières semaines ou mois, peut-être devriez-vous porter une attention particulière à vos comportements. Vous pourriez être à risque.

Même si les appareils de loterie vidéo constituent le jeu de hasard et d’argent qui entraîne plus fréquemment une problématique chez les joueurs, n’écartez pas le fait que tous les jeux de hasard et d’argent présentent un risque.

Ressources

Kairouz, S., Nadeau, L. (2014). Portrait du jeu au Québec : Prévalence, incidence et trajectoires sur quatre ans (rapport no 2009 — EP-130876). Montréal, Québec : Université Concordia.

Selon l’étude de Kairouz et Nadeau il y aurait environ 0,4 % de la population adulte totale qui serait des joueurs pathologiques probables et 1,4 % des joueurs à risque modéré. La population adulte du Québec en 2019 est de 6 900 109 selon l’institut de la statistique du Québec : http://www.stat.gouv.qc.ca/statistiques/population-demographie/structure/population-quebec-age-sexe.html.

Chaire de recherche sur l’étude du jeu, Les appareils électroniques de jeu au Québec, feuillet 7, avril 2018. En ligne : https://www.concordia.ca/content/dam/artsci/research/lifestyle-addiction/docs/factsheets/Feuillet07_FR_final.pdf

Chaire de recherche sur l’étude du jeu, Les dépenses de jeu et leur concentration chez les joueurs excessifs, automne 2019. En ligne : https://www.concordia.ca/content/dam/artsci/research/lifestyle-addiction/docs/factsheets/Feuilet_09_FR_Concentration.pdf

Lire le prochain article