EN

Jeu: aide et référence (JAR) offre soutien, information et référence aux personnes concernées par le jeu excessif, et ce, à travers tout le Québec.

C’est avec enthousiasme que le Centre de Référence du Grand Montréal a accepté, en 1993, de relever ce défi de taille :
celui d’implanter un service téléphonique 24 heures d’information et de référence sur le jeu excessif, disponible 7 jours par semaine pour tout le Québec.

Notre mission : vous aider !

Accessible 24 heures par jour et 7 jours par semaine, le service téléphonique spécialisé est bilingue, gratuit, anonyme et confidentiel.

Les intervenants du service Jeu : aide et référence :

  • Cernent les besoins des appelants;
  • Évaluent les différentes solutions possibles;
  • Proposent des actions pertinentes;
  • Réfèrent aux ressources appropriées.

Les intervenants y incitent les gens à faire une réflexion sur leurs habitudes de jeu et réfèrent les joueurs excessifs ainsi que leurs proches à des ressources d’aide.

Historique

Jeu : aide et référence est né du besoin de sensibiliser les gens au risque que, pour un certain nombre d’entre eux, le jeu ne reste pas toujours un jeu. À l’automne 1993, au moment où le gouvernement du Québec créait le premier casino, diverses mesures de protection des joueurs furent mises en place, dont le service Jeu : aide et référence. Géré par le Centre de Référence du Grand Montréal, financé d’abord par Loto-Québec de 1993 à 2001, le service est financé depuis avril 2001 par le ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec.

Depuis ce 15e jour de novembre 1993, des intervenants chevronnés ont travaillé sans relâche afin d’offrir un service de qualité à la population du Québec. Nous tenons à souligner leur professionnalisme et leur esprit d’équipe pour la réalisation de la mission du Centre : INFORMER POUR AIDER. Comme pour toute activité comportant un risque, par exemple la consommation d’alcool, les jeux de hasard et d’argent ne constituent pas une activité banale et les milliers de demandes d’aide que nous avons reçues depuis, en sont une preuve irréfutable.